Beloved Shadows

Crédits photo : André Baldinger

Comment se rencontrer soi-même ? À travers son deuxième solo, Beloved Shadows, la chorégraphe Nach part à la recherche de son désir et des fantômes qui l’habitent. Comme une mise à nu, Nach traverse plusieurs états, émotionnels et corporels, se laissant imprégner par beaucoup d’images et de souvenirs. Son corps de danseuse krump porte en lui les mains d’une flamenca, la ligne de bras d’un faune de Nijinski, une verticalité butô, la cambrure d’une statuette africaine, le souvenir d’un enlacement ou encore l’absence d’un être aimé. Les tableaux s’enchaînent entre évocation et invocation venant puiser dans la part d’ombre si rarement ouverte : de quoi sommes-nous faits ? Le corps de Nach, sans cesse en dialogue avec ce qui l’habite, demeure tourner vers l’instant, tenu par ses obsessions et son désir. La danse n’a pas d’écriture : elle est ici et maintenant, tournée vers celui ou celle qui regarde, tout comme l’identité qui ne peut se fixer.

Distribution

Solo, musique originale durée : 45 min

Création  17 octobre 2019 à l'Échangeur, CDCN Hauts-de-France

Chorégraphie & interprétation  Nach Musique originale  Koki Nakano Lumière Nicolas Barraud Costumes (en cours) Régie générale Vincent Hoppe

Administration / Production / Diffusion • MANAKIN - Lauren Boyer & Leslie Perrin Production  Nach Van Van Dance Company

Coproduction (en cours) • CDCN Atelier de Paris ; L’Echangeur - CDCN Hauts-de-France ; La Place de la Dance, CDCN Toulouse - Occitane ; Centre Chorégraphique national de La Rochelle / Cie Accrorap - Direction Kader Attou ; CCN de Roubaix. Soutien • La DRAC Ile-de-France au titre de l’aide au projet ; La SACD Beaumarchais au titre de l’aide à l’écriture en danse, Le Gymnase CDCN Hauts-de-France.

Nach est artiste compagnonne du Centre Chorégraphique national de La Rochelle / Cie Accrorap - Direction Kader Attou et est soutenue par le CDCN Atelier de Paris dans le cadre du fonds FoRTE. Nach était artiste résidente à la Villa Kujoyama à Kyoto de juillet à décembre 2018.